top of page
BMB_4657 copie_edited.jpg

Bleu à l'âme (théâtre)

BLEU À L’ÂME s’inspire d’entretiens journalistiques, de témoignages de policiers et de victimes, d’articles de journaux et d’émissions de télévision. Une suite de séquences de vie à la fois liées et indépendantes.

Fait d’hiver tragique. Un jeune commissaire de police se suicide. Une commande est passée auprès d’une troupe de théâtre pour lui rendre hommage. A mes yeux, l’urgence de poser la question de la violence légitime et illégitime est une évidence. Pas un jour ne passe sans que cette question n’altère la confiance et les certitudes que l’on porte à notre époque.

LA POLICE EST T-ELLE L’UNIQUE REMPART À LA VIOLENCE ? 

Ou est-elle l’origine de cette violence. L’autorité acceptée l’est-elle

une évidence ? Et si oui depuis quand ? Le Léviathan de Machiavel

doit-il se réinventer ? À la recherche des fondements de l’autorité et

de ce qu’elle implique. Les situations sont simples. Les enjeux

complexes. 

Bleu à l’âme traverse en partie le sujet très actuel des violences

policières. C’est ici l’occasion d’offrir un spectacle violemment

révolté, contradictoire et où les points de vue s’affrontent. Nous

sommes tout un chacun contre la violence et pourtant…

Bleu à l’âme, grâce au décalage induit par l’imagination, de rendre

touchantes, drôles, émouvantes des scènes délicates du quotidien

où l’autorité traverse les uns et les autres. Du citoyen anonyme au policier assermenté… Le pouvoir se découvre. Il montre sa nécessité, mais aussi ses abus, sa raison d’être, mais aussi ses dégâts lorsqu’il est remis en cause. À la manière d’une traversée d’instants, un enchaînement de moment de vie où tour à tour, l’on se confie, l’on se décharge, l’on se confronte, l’on s’apprivoise… S’alterne des scènes de confidence, de témoignages, d’échanges ayant aussi bien lieu sur un plateau de télévision que dans un cours de danse ou des séances évoquant la psychanalyse. Bleu à l’âme semble être une suite de tableaux détachés de toute chronologie. Ce choix se rapporte à une envie de proposition non linéaire d’instants de vie et de lutte, amenés plus comme poèmes que comme histoire.

 

TEASER : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
                                                                                                                           L’IMAGE :

                                                                                                                            Un univers baroque, où la liberté des corps, des genres,                                                                                                                              et des formes se développent. Un univers plus fondé sur                                                                                                                             Les émotions que sur l’intellect. À l’image d’œuvres de                                                                                                                                  photographes (comme David Lachapelle ou Diane                                                                                                                                        Arbus) ou des peintres (comme John Everett Millais,                                                                                                                                      Géricault ou Caravage) afin de créer des images faisant                                                                                                                              appel à l’inconscient collectif et illustrant l’univers                                                                                                                                            baroque dont je parle. Les changements de décors et                                                                                                                                  de personnages se font hors champ et donnent                                                                                                                                              l’impression d’une grande facilité. Chaque accessoire                                                                                                                                  est réutilisé sous différentes formes, et laisse le champ                                                                                                                               des possibles naître au grès des enjeux dramaturgiques.                                                                                                                              Des manipulations d’acteurs maîtrisés qui laissent la                                                                                                                                    place aux rêveries des spectateurs…

                                                                                                                            UN PLATEAU NU : deux actrices et deux acteurs, d’origines, de physiques et de charismes variés s’engagent sur différents rôles. Un jeu simple et franc. Dénué d’affects psychologiques et de tout aspect démonstratif. Un jeu à la fois contemporain, innovant et reconnaissable. À l’intérieur duquel le corps et ses émotions trouvent leur place.

 

LA LUMIÈRE :

En ce qui concerne le décor de cette création, je m’appuie exclusivement sur des lumières et une musique subtiles, raffinées. Capables, grâce à des talents comme ceux d’Aude Bombaut, de mettre en exergue les corps, voix, interprétations et sensibilités des actrices et acteurs. 

LE TEXTE :

Ce texte, reflète le théâtre d’anticipation que je porte, une forme de nouvelle société s’agence devant les spectateurs. Les classes se mélangent. Ils forment un chœur, je travaille à la constitution de cette communauté. Ils seront manipulateurs d’un décor mouvant, et seront spectateurs de l’action, ainsi, je cherche le point de vue de chaque individualité. Qu’advient il de sa vie quand on ne répond pas aux codes imposés dans notre société ? Hommes/femmes ? Élite ou non ? 

L’ÉQUIPE:


AVEC : SIDI CAMARA, GUILLAUME CARITA, MARIE ROY 

CRÉATION LUMIÈRE : AUDE BOMBAUT 

CRÉATION SONORE : MARC RAMON 

UNE PRODUCTION : LA RELEVE BARIOLÉE 

CO PRODUCTION : CENTRE CULTUREL LE FORUM – EL TEATRO (TUNIS)

AVEC LE SOUTIEN : THÉÂTRE MONOT (BEYROUTH) – JOURNÉES THÉÂTRALES DE CARTHAGE

DIFFUSION
Tina Wolters
Coraline Le Pichon / larelevebariolee@gmail.com / 06 15 76 37 99

 

bottom of page